bandeau 3

FLASH INFOS

La tête dans les étoiles

par  Jean-Marie Maquin

pic midi01

Nous avions décidé il y a quelques temps déjà avec notre vieil ami Claude Saubignac d’aller visiter les installations des astronomes du Pic du Midi de Bigorre. Cepic midi02 faisant, après quelques clics sur le site Internet, nous avons découvert qu’il était désormais possible de passer 24 heures à 2877 mètres d’altitude...

Le site est effectivement ouvert au public dans ces conditions depuis 2006 pour une nuit de découverte de l’astronomie. Les associations « À ciel ouvert / la ferme des étoiles » assurent les soirées d’animation, et les conférences dont les thèmes sont la découverte de l’univers, la naissance, la vie et mort d’une étoile, les recherches sur les origines de la vie, (n’oublions pas que nous sommes des poussières d’étoile) etc. Elles sont toutes plus intéressantes les unes que les autres.

Le site dispose d’un musée remarquable, d’une boutique de souvenirs, bar, restauration et hôtellerie.

Rendez-vous est donc pris pour le 21/22 mars 2013, 6 mois à l’avance.

Sitôt arrivés sur le site via les téléphériques de La Mongie, sitôt installés par l’équipe d’accueil. Les chambres y sont confortables (douches et WC sur le palier), la vue sur les cimes n’était pas possible depuis la fenêtre car les 3 mètres de neige masquaient la vue (et permettaient toutefois de mettre le champagne au frais !!!).

Notre « guide conférencier » nous prend alors en charge pour une première mise en garde salutaire sur les effets du « mal d’altitude » auquel nous pourrions être confrontés.

L’histoire du Pic du Midi de Bigorre remonte au tout début du 18e siècle et il faudra attendre le dernier quart du 19e siècle pour que naisse une véritable ambition pour ce site.

Quelques grandes dates :

1706 : première observation d’une éclipse solaire par François de Plantade

1873 : Nansouty (le général) et Vaussenat créent la première station météorologique

1908 : la première coupole est installée

1930 : installation du premier coronographe de Bernard Lyot

1949 : le site est électrifié

1980 : première lumière du télescope de 2 mètres

1993 : annonce de la fermeture du Pic du Midi

2000 : inauguration du nouveau Pic du Midi.

S’ensuit une visite extérieure du site avec en premier plan tous les sommets enneigés, majestueux et mythiques des Pyrénées, étincelants sous un soleil généreux (mais froid).

Chacun ayant pris ses repères après le coucher du soleil, nous nous sommes retrouvés au restaurant du site pour un dîner élaboré avec les produits du terroir qui pourrait être qualifié de repas « gastronomique ».

Pour faciliter la digestion notre guide est venu nous reprendre en charge pour partir à la découverte des étoiles dans la coupole du télescope. Le système optique d’observation classique est remis en place pour nous permettre de scruter les étoiles car les astronomes travaillent aujourd’hui au chaud avec des systèmes déportés et numérisés.

Ce soir là, la qualité du ciel n’était pas exceptionnelle, mais elle permettait quand même une bonne observation des astres. La lune est ses cratères, les étoiles ‘oranges’, Bételgeuse, les comètes, etc. Et cela jusqu’à ce que le froid nous engourdisse muscles et neurones et nous invite à nous mettre sous une douillette couette suédoise. À six heures du matin il faut être sur pieds, car Saturne nous attend et le lever du soleil ne tardera pas à inonder les sommets des lueurs de son foyer ardent.

Après un petit déjeuner roboratif, les conférences et visites reprennent avec notre animateur infatigable et intarissable.

Pour ma part j’ai été conquis par l’exposé sur les éruptions solaires. Ce phénomène est connu à ce jour, ses conséquences sur l’environnement un peu moins. C’est ainsi que tout le septentrion de l’Amérique du Nord a été privé d’électricité pendant plusieurs jours suite à la destruction des installations électriques (lignes et transformateurs etc.). En effet, les boucles magnétiques de notre planète n’ont pas eu une force magnétique suffisante pour repousser le rayonnement produit par l’éruption solaire et de l’empêcher de pénétrer dans l’atmosphère et de ce fait éviter ce désastre lourd de conséquences.

Aujourd’hui les astronomes travaillent sur ce sujet, ils essaient d’établir la périodicité des éruptions, de prévoir leur puissance et constituer une cellule de veille pour en prévenir le danger.

Malheureusement au cours de cet exposé, la sirène a retenti invitant toutes les personnes non sédentaires à rejoindre le téléphérique. La station météo du site annonçait un vent avec de fortes rafales pour la journée (la vitesse maximum du vent enregistrée à ce jour et de 287 km/h).

Effectivement au cours de la descente notre cabine a dû s’arrêter, (avant de se balancer pour le bonheur de quelques uns et le malheur des autres) car le vent dépassait la vitesse fatidique des 70 km/h pour repartir à petite vitesse vers la plancher des vaches !

Ainsi s’est terminée notre aventure au Pic du Midi de Bigorre !! Avec l’envie d’y revenir.

Pour réserver une journée, téléphoner au 05 62 56 70 00

Les dix derniers articles publiés (ou modifiés)