bandeau 3

LISTE DES ARTICLES PUBLIES (les articles sont affichés après la liste)

Sortie dans le Pays du Ciron (12 août 2006)

par Yves Schmidt

Cet été, l’ARCEA-CESTA a organisé, à titre expérimental, une sortie randonnée dans le Pays du Ciron pour répondre à une demande de certains adhérents qui souhaitent pratiquer ce genre d’activité qui allie sport et culture. Nous avons donc participé à une sortie organisée par le Comité de Liaison de l’Entre deux Mers (CLEM) *. Cet organisme s’est fixé pour objectif de faire découvrir le patrimoine girondin sur les pas de Léo Drouyn (1816-1896), artiste et savant girondin, qui a laissé au milieu du XIXe siècle un fonds exceptionnel sur le patrimoine aquitain, quarante ans avant les premiers témoignages photographiques.

En 2006, le CLEM proposait vingt circuits de randonnée, dont 15 à pied ou à vélo, essentiellement dans l’est du département, de Fronsac à Bazas. LeCollégiale d'Uzeste programme 2006 est consultable à titre indicatif. Toutes ces sorties sont accompagnées de spécialistes érudits (historiens, géographes, architectes) qui apportent des commentaires de grande qualité lors des étapes qui jalonnent les circuits. Précisons que l'association bénéficie de subventions du Conseil général de la Gironde, ce qui lui permet d'assurer la gratuité de la plupart des sorties.

La randonnée du 12 août se déroulait en Pays de Ciron, d’Uzeste à Villandraut, en passant par Préchac. Elle a débuté par une visite de la superbe collégiale Notre-Dame d’Uzeste, commentée par Jean-Luc Harribey, historien de l’architecture, auteur de plusieurs ouvrages. Cette église abrite les gisants du pape Clément V, Bertrand de Goth, et de Pierre 1er de Grailly. En 1312, Clément V décida que l'église, déjà réputée pour son culte marial, serait érigée en collégiale et en fit son lieu de sépulture. Il fit reconstruite une église qui n’a rien à envier à sa voisine, la cathédrale de Bazas.

Nous nous sommes ensuite rendus au village voisin de Préchac, fief de nos amis Jean et Jeannine Bungert, où notre guide nous a fait visiter l’église Saint-Pierre. Cet édifice, assez complexe, se pose d’un noyau primitif, chevet et nef centrale de XIe siècle agrandi au XIIe siècle par des bas-côtés et des absidioles. Le clocher a été construit au XIVe siècle, puis au XVIe siècle,  un nouveau bas-côté a été bâti au nord. D’épais pilastres supportent le clocher-pignon.

Le groupe s’est ensuite dirigé à travers bois vers les bords du Ciron où notre guide nous a fait découvrir les ruines de la maison fortifiée de La Travette, dont il est difficile de soupçonner l’existence, en raison de l’abondante végétation qui la cache des regards.

La matinée s’est terminée par un déjeuner sur l’herbe, dans les ruines du château de La Trave, construit en 1306, détruit en 1454 et par les Huguenots en 1572.

20060812ciron img07Église Saint-Pierre de PréchacPendant la pause, Philippe Roudié, professeur de géographie à l’Université de Bordeaux et co-auteur d’un ouvrage sur le Ciron **, a retracé l’histoire de cet affluent de la Garonne, long de 82 km, qui prend sa source à Lubbon dans les Landes et se jette dans la Garonne entre Preignac et Barsac. Dans la partie que nous avons visitée, la rivière est peu accessible à pied, car elle entourée d’une végétation très dense et, par endroit, elle coule dans des gorges.

Par contre, les amateurs de canoë peuvent s’en donner à cœur joie : c’est d’ailleurs un des pôles d’attraction touristique de la  région. Au début du vingtième siècle, cette vallée a connu un développement industriel qu’il est difficile d’imaginer aujourd’hui. Une centrale hydroélectrique subsiste à Préchac. Autrefois, il existait de nombreux moulins, des fonderies, des verreries qui ont peu à peu disparu, car peu rentables.

Cette rivière présente une particularité : son eau est toujours froide, ce qui crée un microclimat qui a des conséquences sur la végétation. En particulier, elle traverse, en fin de course, le Sauternais où elle est la cause de brouillards qui ont un effet bénéfique sur la vigne en favorisant le développement la pourriture noble du raisin, provoquée par un vulgaire champignon répondant au nom de Botrytis cinerea.

Après 7 km de promenade dans la forêt qui borde la rivière, nous avons atteint Villandraut, terme de notre périple. La construction de ce château, qui appartenait au frère de Bertrand de Goth, Arnaud Garsie de Goth, a débuté en 1305. Villandraut a été construit en très peu de temps, probablement entre 1305 et 1312, avec des parties achevées dès 1307-1308 puisque Clément V y séjourna. Il en reste aujourd’hui des ruines que l’association Adichats, partenaire du CLEM, s’efforce de restaurer.

La journée s’est achevée par une initiative originale. Un récital de voix baroques d’une durée d’une heure a été offert,20060812ciron img40Château de Villandraut gratuitement, aux participants de cette journée. Il se tenait dans une petite pièce située dans une tour du château. On a pu entendre trois jeunes chanteuses et un pianiste interpréter, entre autres, des œuvres de Vivaldi, Pergolese et Scarlatti.

Enfin, nous avons pu assister à une démonstration de techniques de gravure sur cuivre à l’eau-forte par Bertrand Gaultier, artiste régional réputé.

Le bilan de cette journée est positif. Sur le plan sportif, il est évident que des randonneurs aguerris pourraient être frustrés, car la distance parcourue dans la journée n'excédait pas 10 km. Par contre, sur le plan culturel, la journée a été très enrichissante en raison de la qualité des intervenants. Les responsables du CLEM sont prêts à organiser une ou plusieurs sorties spécifiques si nous les programmons suffisamment tôt. En attendant, nous invitons tous les adhérents intéressés par cette activité à participer aux sorties qui seront organisées par le CLEM l'an prochain dans le cadre de La Fête à Léo : ils ne seront pas déçus !

 

*   Comité de Liaison de l’Entre deux Mers (CLEM) : 1, Le Bourg, 33420 CAMIAC et SAINT-DENIS,

                                                                                         Site : http://www.entre2mers.com/CLEM/CLEM.htm

** Pierre Bardou, Philippe Roudié, Pays du Ciron, Éditions de l'Entre-deux-Mers, 239 pages, 2004, ISBN : 2-913568-32-7