bandeau 3

LISTE DES ARTICLES PUBLIES (les articles sont affichés après la liste)

Sortie au Futuroscope (24 et 25 juin 2004)

par Yves Schmidt

Magnifique ! Merveilleux ! Fabuleux ! Ce sont les exclamations prononcées par les participants lors de la sortie20040624 futuroscope img01 devenue traditionnelle des retraités de l'ARCEA-CESTA tout au long de ces deux journées passées au Futuroscope de Poitiers. Il faut préciser que le parc a subi cette année un sérieux lifting et que les nouvelles attractions sont particulièrement réussies sur le plan technique et esthétique. La première journée, Edwige, notre hôtesse, nous a concocté un programme de visite bien dosé, qui nous a permis d'assister à l'essentiel sans trop d'attentes.

20040624 futuroscope img02Nous avons commencé par faire un tour dans le cosmos, par une visite du système solaire, puis nous avons poursuivi notre exploration de l’espace reconstitué à partir des observations du télescope spatial Hubble en découvrant de nouvelles galaxies, à des millions d'années-lumière !

Le second voyage, beaucoup plus coloré, nous a menés au Brésil : du fleuve Amazone jusqu’au Carnaval de Rio, en passant par les plages de Copacabana et le stade géant de Maracaña, nous nous sommes trouvés plongés dans un monde de couleurs et de rythmes sur un écran de 360°.

 

Un peu de technique.

Les tournages en 360° sont délicats, le système qui rassemble les 9 caméras pèse près de 250 kg. Il faut s’assurer en permanence que chaque caméra ait un angle de vue correct et sans défaut. Et pour les prises de vues aériennes, les caméras sont fixées sous l’hélicoptère ce qui complique sérieusement le décollage et l’atterrissage.

Puis nous avons découvert une des nouvelles attractions, Voyageurs du Ciel et de la Mer, réalisée par Jacques Perrin et Jacques Cluzaud. Nous avons volé en ULM  en compagnie d’oiseaux marins, puis dans le sillage d’une baleine bleue. Les images sont d'une qualité exceptionnelle.

Un peu de technique : le procédé Double IMAX

Le bâtiment est constitué de deux espaces superposés et séparés par un plancher de verre oblique. Dans la partie supérieure, près de 250 fauteuils disposés en gradins font face à un immense écran de 672 m². Dans la partie inférieure, un second écran incliné de 748 m² s'étend sous les pieds des spectateurs.
Deux films sont projetés simultanément par deux régies équipées du procédé IMAX, un automate vérifiant le nombre d'images du projecteur supérieur, sur lequel est calé celui du bas.


Jusque là, nous n'avons pas encore été secoués : tout a commencé avec la découverte du département de la Vienne20040624 futuroscope img05  aux commandes d'un delta-plane, puis au volant d'une formule 3 dans la peau d'un futur jeune marié qui nous a entraînés dans sa course folle rythmée par les facéties d'un lutin malicieux, le Guerliguet. Certains d'entre nous ont eu du mal à s'en remettre et se sont jurés de ne plus se laisser prendre !

Pour nous remettre de nos émotions, nous sommes rendus dans le bâtiment très caractéristique qui représente des cristaux de roches où nous sommes partis pour un voyage musical aux quatre coins de la Terre, dans l'univers des percussions : les images d'une qualité exceptionnelle, sont projetées sur un écran plat, haut comme un immeuble de sept étages sur un immense écran de 600 m².

Notre voyage s'est poursuivi avec un retour en arrière dans le temps, puisque nous avons vécu l'aventure de l'Aéropostale en Amérique du Sud en 1930 (Les Ailes du Courage), avec la traversée de la Cordillère des Andes par Henri Guillaumet, chargé de relier Santiago de Chili à Buenos Aires dans son coucou. On assiste à son crash en altitude, puis son calvaire pour retrouver la civilisation après plusieurs jours de marche dans un milieu hostile. Les effets de cinéma en relief sont particulièrement saisissants. Précisons que le film a été réalisé par Jean-Jacques Annaud.

Toujours dans le domaine du cinéma en relief, mais dans le domaine de l'imaginaire, Miss Fig nous a guidés dans un univers étrange, Cyberworld, peuplé de créatures surprenantes.

Un peu de technique : le procédé IMAX 3D

L’effet de relief est restitué par des lunettes à filtres polarisants. Deux images distinctes sont projetées simultanément sur un écran métallisé de 562 m² au travers de filtres polarisants. Les lunettes équipées des mêmes filtres permettent alors au yeux de capter leurs images respectives.


Le soir, le groupe a assisté au splendide spectacle de jeux d'eau, le Miroir d'Uranie,  fait de jets d'eau, d'effets20040624 futuroscope img03 pyrotechniques et de projections d'images sur écrans de brume.

Après une nuit réparatrice, nous sommes repartis à l'assaut du parc, avec la ferme intention pour les plus téméraires (ou inconscients ?), de voir le maximum d'attractions, sinon l'intégralité, à commencer par celle qui est, de l'avis général, la plus accomplie, Space Station 3D. Pendant 25 minutes, nous avons partagé la vie des spationautes en assistant au  lancement des fusées russes et américaines, puis à bord de la Station Spatiale Internationale, le tout en trois dimensions, sur écran géant sphérique de 800 m² !  

La qualité  des  images  est, là  aussi,  remarquable  et  les  effets  3D époustouflants : en apesanteur, les membres de l'équipage expédient une boulette de nourriture qui vous arrive droit dans la bouche (il ne manque que le goût et l'odeur !). Les images prises à l'extérieur de la station qui montrent les spationautes au travail  sont exceptionnelles de réalisme.

Un peu de technique : le procédé IMAX Solido

Les images sont projetées sur un écran hémisphérique de 800 m². L’effet de relief est restitué par des lunettes à cristaux liquides, ceux-ci ayant la propriété de devenir opaques (non transparents). Lors de la projection alternée des deux images sur l’écran, chacun des verres devient opaque sur un signal infrarouge issu du projecteur, permettant à chaque œil de recevoir uniquement l’image qui lui est destinée.


20040624 futuroscope img04Les plus courageux ont poursuivi avec des attractions de courte durée, mais qui secouent : le Défi d'Atlantis, un film d'animation en 3D très impressionnant par ses effets, et des attractions qui commencent à dater ( le Meilleur du Dynamique et la Poursuite Éclair).

Pour terminer, une visite de la Gyrotour, avec la présence inattendue  de René Monory, le fondateur du Parc, s'imposait : elle a permis de dominer à 45 mètres le parc et ses environs.

Après ces deux jours de voyage au pays des rêves, le retour sur terre a été particulièrement difficile : nous sommes rentrés à temps pour assister à la défaite cuisante des footballeurs français face aux grecs dans l'Euro 2004 !

Pour en savoir plus sur le Futuroscope, visitez son site