bandeau 3

version téléchargeable icone pdf

Fiches d'information sur l'énergie

Fiche 2 : La centrale photovoltaïque de Cestas en Gironde

par Serge Degueil

 

 

Dans ses éditions du 20 octobre et du 1er  novembre 2015, le journal Sud-Ouest annonce la connexion au réseau de la plus grande centrale photovoltaïque européenne qui se situe à Croix-d’Hins, commune de Cestas ; cette centrale a une puissance de 300 Mw (Mw : million de watts). Cette inauguration à la veille de la conférence sur le climat montre la montée en puissance des énergies renouvelables. Mais le problème n’est pas aussi simple que ne le laissent entendre les articles car se posent actuellement deux problèmes avec les énergies renouvelables, les performances réelles des installations et les difficultés d’exploitation. Espérons que dans l’avenir on saura trouver des solutions.  Voir :

http://www.energethique.com/file/ARCEA/Argumentaire/Fiche_N_28_Energie_solaire_photovoltaique.pdf

L’article, dans sa comparaison avec la centrale nucléaire de Braud et Saint-Louis, indique  que la  centrale de Cestas à elle seule représente 1/3 de la capacité d’un réacteur (900 Mw) de la centrale de Braud. Si sur le plan puissance cette comparaison est exacte elle est complètement fausse sur le plan énergétique. On ne se chauffe pas avec des Kw mais avec des Kwh (kilowatt heure), ce sont eux qui nous sont facturés. En énergie le facteur de charge (rendement) moyen du photovoltaïque est de 15.1% (jour nuit et aléas climatiques) et de plus de 90% pour le nucléaire (maintenance, rechargement et arrêts divers), ce qui signifie que la centrale de Cestas ne fournira que 45 Mwh pendant qu’un réacteur de Braud produira 855 Mwh.  Le rapport n’est donc plus de 30% mais de 5% pour une production moyenne et un seul des quatre réacteurs. Si l’on tient compte des quatre réacteurs en production nominale le rapport tombe à 1.3 % (voir note)

Les énergies renouvelables,  vu leur production aléatoire posent également un problème de gestion du réseau à EDF et RTE qui doivent équilibrer en permanence, en quelques  minutes, l’offre et la demande. Si pour le photovoltaïque les cycles jour/nuit sont prévisibles les aléas climatiques le sont beaucoup moins. Pour compenser à certain moment le manque de production, EDF fait appel aux turbines à gaz qui sont d’une mise en œuvre très rapide mais conduisent à la production de CO2 ce qui est l’inverse du but recherché (650 kg de CO2 par kWh). Voir :

http://www.energethique.com/file/ARCEA/Argumentaire/Fiche_N_23_Comparaison_electricite.pdf.

RTE a également recours à la production étrangère. La part de plus en plus importante du renouvelable dans la production électrique va poser des problèmes importants si on ne résout pas le problème du stockage de l’électricité.

À titre d’exemple, le schéma ci-dessous montre le manque de production photovoltaïque pendant l’éclipse du 20 mars. Pour palier la politique suivante à été mise en place :

- coordination de  la production entre tous les états européens

- mise en production de tous les moyens en particulier les centrales à flamme et les turbines à gaz

 

 

Vu la rapidité des phénomènes et pour répondre au besoin, la difficulté vient dans la synchronisation de la baisse de production et  la rapidité de connexion au réseau des moyens de production de remplacement. Pour minimiser cet impact EDF avait prévu de remplacer par avance une partie de la production photovoltaïque. 

 

Note sur la production de Braud et Saint-Louis

Braud et Saint-Louis dispose de 4 réacteurs de 951 Mw chacun soit une puissance totale maximale de 3800 Mw ; la production pour le mois de septembre 2015 a été :

Blayais 1     597 Gwh       Fc   87.3 %      (Gwh = 1000 millions de watt heure)

Blayais 2    619 Gwh        Fc   90.4 %

Blayais 3    209 Gwh        Fc   30 %  reconnexion au réseau en pleine puissance le 26/9

Blayais 4        0                 Changement des générateurs de vapeur maintenance 10 ans

Le facteur de charge de 0.9 est calculé sur l’ensemble du parc nucléaire français. Pour chaque centrale la production dépend en particulier de la demande. Les courbes ci-dessous donnent  la puissance moyenne horaire fournie par la centrale du Blayais pendant le mois de septembre 2015. Pendant cette même période le réacteur Gravelines 6 a fonctionné  avec un facteur de charge de 95.6 %.