bandeau 3

icone photo4Compte rendu de l'escapade en Cantabrie schmidt yvespar Yves Schmidt

du 24 au 28 septembre 2018

 

20180924 28 cantabrie image0Comillas - Groupe dans le parc du Palais de Sobrellano - Au fond, l'Université Pontificale

Lundi 24 septembre. Nous sommes 31 adhérents, auxquels se sont ajoutés sept clients de l’agence de voyage, à embarquer aux aurores à bord du car à destination de l’Espagne. Un ciel gris entrecoupé de passages pluvieux nous accompagne durant tout le voyage, mais, lorsque nous arrivons à Santander, le ciel se dégage : nous aurons par la suite la chance de bénéficier d’un temps clément durant tout le séjour !
Nous avons d’agréables surprises en arrivant dans cette région. Le réseau routier est très bien entretenu : la zone côtière est bien desservie en autoroutes et sur les routes secondaires, de nombreux carrefours sont remplacés par des giratoires. Les villes et les villages sont très propres : ce n’est pas un hasard si la Cantabrie est appelée la Suisse espagnole. Nous sommes surpris par la fraîcheur des prairies qui n’ont visiblement pas souffert de la canicule, bien que situées 200 km au sud de Bordeaux. La région est caractérisée par la prédominance des zones montagneuses : nous en ferons vite l’expérience

Vers 13h, nous débarquons à l’hôtel Marfrei, à Hinojedo, petit village situé à une quarantaine de kilomètres à l’ouest de Santander. Ce sera le point de départ de toutes nos sorties. Après un rapide déjeuner,20180924 28 cantabrie image2 nous faisons connaissance avec notre guide, Amelia (Camélia pour certains, peut-être un peu durs d’oreille !) qui nous accompagnera dans toutes nos visites, puis nous montons dans le car à destination de Santander. Cette ville est la capitale de la petite province de la Cantabrie, peuplée de 600 000 habitants et d’une superficie de 5 326 km2.

Un circuit en car à travers les principales voies de la ville nous permet d’en voir les principaux édifices remarquables, dont la cathédrale, l’hôtel de ville et le Grand Casino. Cette ville est situé en bordure d’une très vaste baie que nous n’allons pas tarder à découvrir. En effet, nous embarquons à bord d’un bateau qui nous permet de contempler les abords de la ville vus de l’océan. Nous profitons ainsi d’une vue panoramique de son port de pêche, de son planétarium et de son centre nautique. Nous découvrons les somptueuses résidences Santander construites par les riches Espagnols à partir de la deuxième moitié de 19e siècle et au début du 20e siècle avant d’être abandonnées en 1937 lors de la guerre civile. Puis le bateau se dirige vers la péninsule de la Magdalena où se trouve le palais royal de la Magdalena qui fut la résidence d’été de la famille royale entre 1913 et 1930.

20180924 28 cantabrie image3Mardi 25 septembre. Après un sommeil réparateur, départ pour le parc Cabárceno. Nous traversons de grandes forêts d’eucalyptus qui ont remplacé les chênes d’origine qui ont été utilisés au 19e siècle par les grands chantiers navals de Santander pour la construction des grands vaisseaux en bois. Situé dans un paysage montagneux aménagé par l’homme sur un territoire de 750 hectares d'une ancienne exploitation minière à ciel ouvert qui a été abandonnée en 1989, le parc héberge aujourd’hui environ 115 espèces animales dont certaines sont en voie de disparition, telles le zèbre de Grévy ou le rhinocéros blanc.

Les animaux évoluent en semi-liberté dans des espaces sécurisés, le plus important étant celui des ours bruns qui occupent à eux seuls 35 hectares. Le parc enregistre régulièrement de nouvelles naissances, ce qui est très réconfortant pour le personnel dont une des missions est de veiller à la sauvegarde des espèces dont ils ont la responsabilité. 25 km de routes permettent de circuler d’un enclos à l’autre avec le car ou la voiture Il existe même un réseau de télécabines qui permettent de profiter d’une vue aérienne du parc. Nous terminerons la visite par le reptilarium qui contient de nombreuses espèces, plus impressionnants les unes que les autres. Nous n’aurons évidemment que le temps d’avoir une vue d’ensemble en deux heures de visites et ne voir qu’une partie des animaux.

20180924 28 cantabrie image1Santillana del Mar - Groupe devant l'église collégiale Santa Juliana


L’après-midi sera consacré à la visite de la cité médiévale de Santillana del Mar. Cette petite ville, est située à l’ouest de Santander sur le Chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Elle s’est développée autour de l’église collégiale de Santa Juliana et de son cloître datant de 12e siècle, dont Amelia nous commentera en détail l’histoire. À l’intérieur, nous pouvons admirer un magnifique retable sculpté et peint et un autel masqué par un parement en argent du Mexique. Nous disposerons ensuite d’une bonne heure pour découvrir les ruelles bordées de nombreux palais et maisons à blasons, dont certains ont été transformés en hôtels de luxe.

Notons que, dans les environs proches, se trouve la grotte d’Altamira qui propose aux visiteurs de découvrir des peintures rupestres qui rappellent la grotte de Lascaux. Il n’est pas prévu de la visiter.

Mercredi 26 septembre. Départ pour un circuit qui va nous mener assez loin de notre hôtel. En effet, nous allons découvrir la partie20180924 28 cantabrie image4 montagneuse de la province et son point culminant, les Picos de Europa, dont la visite est prévue pour l’après-midi. Auparavant, nous empruntons les gorges encaissées de la Hermida pour nous rendre au monastère de Santo Toribio de Liébana.

Ce monastère abrite le Lignum Crucis, qui est, selon les catholiques, le fragment le plus grand de la « Vraie Croix » sur laquelle Jésus-Christ fut crucifié. C'est avec Jérusalem, Rome, Saint-Jacques-de-Compostelle et Caravaca de la Cruz un des lieux saints du christianisme. Ce ne fut qu'au 8e siècle, lors des invasions arabes, qu'il acquit son importance actuelle. À cette époque, la Liébana, protégée par les montagnes, accueillit alors de nombreux réfugiés catholiques ainsi que le Lignum Crucis. Celui-ci avait en fait été ramené de Palestine au 6e siècle par l'évêque Thuribe d’Astorga. Afin d'échapper aux profanations de l'envahisseur, il fut transféré au monastère qui le conserva jusqu'à nos jours. Le monastère tomba en décadence au 19e siècle et il faut attendre 1961 pour que le bâtiment soit rénové et retrouve son prestige.

Après cette visite, nous nous rendons à Potes, capitale de la Liébana. Ce bourg, très pittoresque, est situé à quelques kilomètres au nord des Pics d’Europe. Il se compose d’un dédale de ruelles bordées de maisons médiévales. C’est dans cette ville qu’on nous servira la spécialité du pays, le pot-au-feu de Montaña, qui n’est pas sans rappeler le cassoulet.

L’après-midi est consacré à la découverte des Picos de Europa. Cette chaîne montagneuse tire son nom des navigateurs qui venaient d’Amérique et découvraient au loin ces sommets qui leur annonçaient leur arrivée en Europe. Le car nous dépose au départ du petit téléphérique de Fuente Dé, installé à 1000 mètres d’altitude. Après une montée de 800 m le long des pentes escarpées, réalisée en 3 minutes, nous pouvons admirer le panorama ainsi que les sommets qui culminent à plus de 2 600 m (2 648 m pour le Torre de Cerredo). Notons que trois provinces se partagent ces sommets : les Asturies, la Castille-et-León et la Cantabrie.

Le soir, après dîner, Amelia nous propose une soirée folklorique animée par trois musiciens qui font partie d’une tuna, groupe musical traditionnel costumé. En fait, côté musique, nous aurons surtout droit à un répertoire composé de chansons du domaine de la variété. Nous assisterons à la présentation d’une mariée un peu spéciale, splendide dans sa robe blanche. Nous ne dévoilerons pas son identité, mais nous avons remarqué, en regardant de plus près, que son menton était garni d’un bouc blanc. Il nous a semblé reconnaître notre spécialiste de la culture des olives !

20180924 28 cantabrie image5Jeudi 27 septembre 2018. La journée se partagera entre la visite de la Costa Occidental le matin et la visite des grottes de Soplao l’après-midi.
Nous traversons les cités balnéaires de la côte occidentale qui offre aux touristes de magnifiques plages, dont la plus remarquable est celle de San Vincente de la Barqueira. Nous revenons sur nos pas pour nous arrêter à Comillas, cité balnéaire située à 50 km à l’ouest de Santander pour visiter le Palais de Sobrellano ou du Marquis de Comillas, après être passés devant son annexe, une construction désigné sous le nom de « El Capricho » et réalisée entre 1883 et 1885 par Antoni Gaudi, l’architecte de la cathédrale de la Sagrada Familia à Barcelone. Ce bâtiment est caractérisé par ses murs couverts de céramique. Antonio López est parti faire fortune à Cuba : son amitié avec la famille royale lui valurent la concession du titre de Marquis de Comillas.

En face du Palais du Marquis de Comillas se trouve un bâtiment impressionnant : il s’agit de l’Université Pontificale, un monument néogothique construit entre 1883 et 1889 avec l’appui économique du Marquis de Comillas.
Nous revenons à l’hôtel où nous reprenons des forces en dégustant une paëlla bienvenue.
L’après midi est consacré à la visite d’une grotte splendide : de l’avis unanime, il s’agit d’un temps fort de ce séjour. La grotte du Soplao a été20180924 28 cantabrie image6 découverte par hasard en 1968 sur le site de mines de fer de La Florida à l’occasion du creusement d’une galerie qui a débouché sur la cavité de la grotte. La mine de fer est aujourd’hui abandonnée. Un petit chemin de fer permet d’arriver rapidement dans la grotte où un cheminement de 1,5 km permet d’admirer les trésors qui s’offrent à nos yeux sans trop d’efforts. Comme dans toutes les grottes, on peut admirer une profusion de stalactites et de stalagmites, mais certaines d’entr’elles ont une particularité : elles sont dites excentriques, ce qui signifient qu’elles croissent dans toutes les directions, se défiant des lois de la pesanteur. La grotte mesure 14 km, dont la visite est, en majorité, réservée à un public très limité et bien équipé.

La soirée est animée par Amelia qui nous propose un loto.
Vendredi 28 septembre 2018. La dernière matinée nous ramènera sur le chemin du retour, avec une escale au Pays Basque, dans la ville de Bilbao. L’agglomération de Bilbao compte 900 000 habitants. En opposition avec la région que nous venons de quitter, ce qui frappe, c’est son développement industriel. Le car nous conduit dans un circuit touristique dans les quartiers anciens avec la cathédrale, la place d’Espagne, le théâtre Arriaga, le grand marché couvert de la Ribera.

20180924 28 cantabrie image7La dernière étape nous conduit au musée d’art contemporain Guggenheim dans lequel nous ne pénétrons pas, faute de temps. On doit l’architecture spectaculaire de ce bâtiment à Frank Gehry, architecte américano-canadien. Certaines œuvres sont exposées à l’extérieur du musée, tel le chien géant Puppy, d’une hauteur de 11 m, réalisé sur une structure métallique que viennent recouvrir une multitude de fleurs multicolores disposées dans des pots disposés sur la structure depuis l’intérieur.

Après un tour dans ce quartier dont l’urbanisation est récente, nous nous retrouvons au restaurant avant de reprendre la route vers Pessac que nous atteindrons en fin d’après-midi.

Durant ce séjour, nous avons découvert un certain nombre de sites très intéressants, pour ne pas dire exceptionnels, dont, pour la plupart d’entre nous, nous ignorions l’existence alors qu’ils ne se trouvent qu’à quatre heures de voiture de Bordeaux.

 

Photos Marie-Thérèse Fernandez, François Sellon et Yves Schmidt

 

Pour consulter le diaporama réalisé à partir de photographies communiquées par les participants, cliquer iciicone photo4